Une réponse ascétique pour aujourd’hui

Devant les enjeux écologiques, pouvons-nous revoir nos modes de vie? Pouvons-nous proposer une vision moderne du « jeûne »? Extrait de la lettre pastorale de la CECC sur L’impératif écologique chrétien.

Les Canadiens et les Canadiennes ont reçu la faveur de ressources naturelles abondantes, mais nous faisons partie aussi des habitants de la planète qui gaspillent de manière excessive. Heureusement, il existe dans notre tradition une réponse ascétique par laquelle nous pouvons ajuster avec confiance nos styles de vie et nos actions quotidiennes pour respecter les limites imposées par l’écologie, nous rendre solidaires des populations vulnérables et favoriser l’action de la grâce dans notre vie. Plutôt que d’essayer de « fuir le monde », un nouvel ascétisme nous rendra capables d’entrer plus avant dans les rythmes planétaires de retenue face aux exigences du consumérisme. « Jeûner » d’actions qui polluent, accepter les inconvénients qui viennent avec la vie quotidienne qui se fait plus « verte », réduire notre consommation d’énergie fossile, et prélever une « dîme » en temps, en argent et en talent au service des causes environnementales peuvent constituer des éléments de cette réponse. Acheter des biens produits localement, des produits organiques et des marchandises de commerce équitable devient une option de plus en plus possible pour de nombreux Canadiens et Canadiennes. Nous pouvons contester l’emprise du marché sur notre vie par des efforts conscients pour éviter la surconsommation et en utilisant notre pouvoir d’achat pour promouvoir des entreprises amies de la terre.

Extrait de la lettre pastorale « Tu épargnes tout, parce que tout est à toi, Maître ami de la vie » de la Commission des affaires sociales, Conférence des évêques catholiques du Canada, sur L’impératif écologique chrétien, parue le 4 octobre 2003.

Mots clés :
, , , , , ,