Une « p’tite jase » bien réelle dans un café virtuel

Attentive aux nouveaux lieux de rencontre sociale, l’Église Unie a désormais pignon sur rue dans le monde virtuel. Son site Internet Caféchange rassemble depuis 2007 une communauté de chercheurs de sens de tout âge et de tout horizon.

La question se pose à toutes les grandes organisations religieuses : comment rejoindre les générations plus jeunes? Comment tenir compte de leurs préoccupations, de leur langage, de leur culture? C’est ce chemin de rencontre avec les adultes de 30 à 45 ans que cherchaient les responsables de l’Église Unie en 2005. Et la question clé fut : comment communiquent-ils entre eux? Par le biais d’Internet, bien sûr! Messages textes sur les cellulaires de tout acabit, Facebook, Twitter et compagnie. Au début de 2007, appuyé par des publicités dans les journaux et Internet, le train part : le site Wondercafe est mis en ligne pour le Canada anglais et, à l’automne, c’est le Caféchange pour les francophones qui déploie son espace. Le site anglophone (tout le Canada) marche à plein et compte de 8 000 à 9 000 abonnés dont une centaine de réguliers qui écrivent. Le site francophone, quant à lui, compte environ 270 abonnés, dont 8 réguliers, et de 300 à 400 visites mensuelles. « Le Québec est plus allergique au religieux », me confie mon interlocuteur, M. Denis Fortin, webmestre actuel du site. Ce qui est surprenant, c’est que la fréquentation du Café s’est finalement répartie assez également entre trois tranches d’âge : ados et jeunes adultes, âge moyen et plus vieux. Les interventions sont anonymes (par pseudonyme, pour la plupart); donc, ce n’est pas trop compromettant ni trop engageant, mais le contact se fait, et le dialogue est amorcé.

M. Fortin présente ainsi l’approche du projet : « L’angle choisi fut celui du dialogue en toute liberté, comme dans une conversation amicale autour d’un café. L’Église Unie veut être à l’écoute des opinions avec respect. Pas de réponses toutes faites ni de leçons de morale. On partage notre foi, nos questions et nos trouvailles entre adultes. » C’est d’ailleurs le ton qui est donné dès qu’on met le pied dans la porte : « Bienvenue dans cet espace favorisant l’exploration et la discussion sur des thématiques d’ordre spirituel et moral, ainsi que sur les questions fondamentales de l’existence, dans un climat d’ouverture d’esprit. » Le discours sur Dieu y est en effet très varié et instructif à propos des courants actuels de pensée.

« Nous avons réussi à créer une communauté de questionnement à l’esprit ouvert », dit M. Fortin. En effet, s’il y a des contributions sous forme d’éditorial par des rédacteurs invités, les usagères et usagers déterminent eux-mêmes les sujets en plaçant leurs opinions dans l’une des quatre sections au choix : forums, blogues, éditorialistes et groupes. Voici, en date de la mi-septembre, le résultat de la fréquentation des forums par catégorie :

Plusieurs des membres inscrits, dont la modératrice de l’Église Unie du Canada, Mardi Tindal (qui a fait plusieurs vidéos intéressantes), tiennent des blogues qui présentent des informations, des suggestions et des opinions sur divers sujets comme « les Chemins protestants », sur Radio-Ville- Marie; « Les psaumes, vous aimez ça? » (81 lectures); « L’avortement plus grave que le viol » (1 617 lectures), « Comment vous priez »; « Marie, ce qu’en disent les théologiennes »; « Taizé et frère Roger »; « Le cardinal Ouellet »; etc. Des mots-clés ou tags permettent de s’y retrouver grâce à un engin de recherche interne. On compte des centaines de visites.

Les éditoriaux, très populaires, présentent des réflexions plus élaborées par des auteurs invités sur des sujets de l’actualité comme la catastrophe survenue en Haïti, l’œcuménisme au Québec, amour de couple amour de Dieu, les temps forts liturgiques, la politique, la sagesse amérindienne, etc. auxquels les passantes et passants au café peuvent réagir. Finalement, le Café se retrouve avec une « banque de conversations » très riche et très variée, selon l’expression du webmestre qui la compare aux dazibaos, ces murs d’expression populaire libre en Chine, mais sans le contrôle de l’orthodoxie des propos.

Caféchange est un « lieu de rencontre » simple et accueillant, une communauté de partage riche des réflexions et des expériences de vie et de foi de ses participants et participantes. « Ce Café, c’est la grâce de l’Évangile partagé gratuitement où tous ont leur place en toute liberté », confie M. Fortin. En passant, le café y est très bon, œcuménique et équitable. Je le sais pour l’avoir goûté plusieurs fois.

Site Web Caféchange : cafechange.ca. Discussions animées sur des thématiques d’ordre spirituel et moral, ainsi que sur les questions fondamentales de l’existence.

Mots clés :
, , , ,