Un nouveau modérateur pour l’Église Unie

« Gary Paterson est le premier homosexuel déclaré à devenir le leader d’une confession chrétienne d’importance au monde. » (Aujourd’hui Credo)

Le pasteur Gary Paterson, de la paroisse « cathédrale » du centre-ville de Vancouver, a été élu 41e modérateur de l’Église Unie du Canada lors de son Conseil général qui s’est tenu à Ottawa en août.

Cette année, un nombre record de 15 personnes, laïques, pasteurs et pasteures, avaient été mises en nomination pour le poste de leader spirituel de l’Église. Le Conseil général (autorité suprême de la première Église protestante au Canada) se réunissant tous les trois ans, c’est donc pour un mandat triennal que le nouveau modérateur a été désigné après six tours de scrutin.

C’est la première fois dans le monde qu’une personne homosexuelle déclarée est portée à la tête d’une confession chrétienne d’importance. Gary Paterson ne fera pas de son orientation sexuelle le point central de son mandat et espère d’ailleurs que les médias feront de même. Il s’est réjoui que la question n’ait en aucun temps constitué un enjeu lors du processus menant à son élection. Il faut dire que l’Église Unie a réglé la question de l’inclusivité des personnes d’orientations sexuelles diverses dès les années 1980.

Fidèle à son héritage réformé, l’Église Unie a un système de gouvernance démocratique et conciliaire : le pouvoir n’est jamais confié à un seul individu, mais à des assemblées élues, dont le Conseil général au sommet. Le modérateur voit à faire appliquer durant le triennat les décisions prises par le Conseil général. Il n’a pas de pouvoir propre, et comme son mandat n’est pas renouvelable, il cède sa place au Conseil général suivant.

Le pasteur Paterson succède à Mardi Tindal, une laïque qui avait été élue en 2009. Il est marié à Tim Stevenson, conseiller municipal de Vancouver, qui avait été le premier pasteur ouvertement gai à être ordonné par l’Église en 1992.

Gary Paterson est né au Yukon en 1949 et est pasteur depuis 1977. Il s’est engagé à livrer un message d’espoir aux fidèles découragés par le déclin du membership et des finances de l’Église. Il croit cependant que celle-ci doit poser un regard lucide sur ce qu’elle traverse, qu’elle doit accepter de se transformer, et que « Dieu sera avec nous » au cours de cette période de changement.

Mots clés :
, , , ,