Sermon sur la montagne du dialogue interreligieux

« Quand tu entres en dialogue religieux, ne pense pas à l’avance ce que tu dois croire. » Un texte de Raimon Panikkar.

Quand tu entres en dialogue interreligieux,
ne pense pas à l’avance ce que tu dois croire.

Quand tu donnes témoignage de ta foi,
ne te défends pas toi-même
et ne défends pas tes intérêts personnels,
aussi sacrés qu’ils te puissent paraître.

Fais comme les oiseaux du ciel :
ils chantent et volent
et ne défendent pas leur musique ou leur beauté.

Quand tu dialogues avec quelqu’un,
regarde ton interlocuteur comme une expérience révélatrice,
comme tu regarderais ou qu’il te plairait de regarder
les lis des champs.

Quand tu te trouves dans un dialogue interreligieux,
tâche de voir d’abord la poutre dans ton œil à toi
avant de trouver le fétu dans l’œil du voisin.

Bienheureux es-tu quand tu dois affronter l’incompréhension
de la part de ta propre communauté ou d’une autre
à cause de ta fidélité à la Vérité.

Bienheureux es-tu quand tu n’abandonnes pas tes convictions,
et surtout que tu ne les présentes pas comme des normes absolues.

Malheureux êtes-vous, théologiens et universitaires,
quand vous méprisez ce que d’autres disent
parce que cela vous semble incommode
et que vous ne le trouvez pas suffisamment scientifique.

Malheur à vous, professionnels de la religion,
quand vous n’écoutez pas les cris des petits.

Malheur à vous, autorités religieuses,
parce que vous empêchez le changement et la (re)conversion.

Malheur à vous, la gent religieuse,
parce que vous monopolisez la religion
et étouffez l’Esprit qui souffle où Il veut et quand Il veut.

Raimon Panikkar

Tiré et traduit de “The Sermon on the Mount of Intrareligious Dialogue”,
Journal of Ecumenical Studies, Philadelphia 4, 1985; en La nueva inocencia.

Mots clés :
, , , ,