Qui nous roulera la pierre?

« Trois femmes bravent la mort, leur crainte. Fortes de leur hardiesse, elles partent tôt le matin, car elles sont empressées de remplir leur service d’amour. Non, elles ne tardent pas sur le chemin. » Un texte de Monique Dumais.

« Quand le sabbat eut pris fin, Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques, et Salomé achetèrent des aromates pour la toilette mortuaire.

De très bonne heure, le premier jour de la semaine, elles allèrent au tombeau. Le soleil venait de se lever. Elles se demandaient : « Qui va rouler pour nous la pierre de devant le tombeau? »

En approchant, elles virent qu’elle avait été roulée. C’était une pierre énorme. » (Évangile de Marc 16, 1-4)

Quel bel épisode rempli d’espérance! Trois femmes bravent la mort, leur crainte. Fortes de leur hardiesse, elles partent tôt le matin, car elles sont empressées de remplir leur service d’amour. Non, elles ne tardent pas sur le chemin.

Elles sont chargées des aromates de leur désir intense, celui de se donner, de s’engager dans l’Église. Toutefois, elles sont conscientes d’un obstacle qui est énorme, mais elles ne s’y arrêtent pas, ne reculent pas. Une grande confiance les anime et les guide intérieurement. C’est l’Esprit même qui les presse d’agir. Et c’est le grand étonnement : l’obstacle qui semblait insurmontable est disparu. Alléluia! mille fois.

Un jour – quand? –, tout sera ouvert aux femmes dans l’Église.

Monique Dumais, o.s.u.

Mots clés :
, ,