Pour dépasser le syndrome de la bonne réponse

« Aussi longtemps que l’adulte croit devoir transmettre des savoirs sur Dieu, il demeure impatient d’entendre les bonnes réponses de la part des enfants qu’il catéchise. » Réflexion de Mme Colette Beauchemin.

Aussi longtemps que l’adulte croit devoir transmettre des « savoirs » sur Dieu, il demeure impatient d’entendre les bonnes réponses de la part des enfants qu’il catéchise. Il conçoit et accepte difficilement le concept de croissance de la foi. L’idée d’une multitude de rapports au langage engendre chez lui angoisse et besoin pressant de contrôler les résultats. L’idée des niveaux de parole peut être acceptée rationnellement, mais, dans les faits, l’adulte reste encore crispé sur les mots répétés avec exactitude. L’illusion d’un Dieu en clair est tenace.

Pour dépasser le syndrome de la bonne réponse L’intégration de la pédagogie utilisée en Catéchèse biblique symbolique, mémoire de maîtrise de Colette Beauchemin, Université de Montréal, 2005, p. 99.

Mots clés :
, , ,