Pour aller plus loin ou pour satisfaire votre curiosité

Des activités diverses et des ressources pertinentes.

[ Lire ]

Du dépannage à la justice sociale Un parti pris pour les exclus
de Gérard Laverdure

Depuis toujours, les paroisses se préoccupent d’aider les pauvres de multiples façons : la Saint-Vincent-de-Paul, le comptoir familial, les repas communautaires, la caisse de dépannage… L’auteur propose d’aller plus loin. À la suite d’une enquête sur le terrain, il montre les limites de la charité institutionnalisée. Retournant aux modèles bibliques de Moïse et de Jésus, il invite les communautés chrétiennes à prendre résolument parti pour les exclus : avec eux et pour eux, bâtir une société plus fraternelle et plus juste. C’est une manière d’aller toucher les racines des injustices sociales – voir, juger (analyser), agir. On ne peut toujours patcher les problèmes. En cette période de guignolée très médiatisée, posons-nous des questions. Comment peut-il y avoir tant de pauvres dans un pays si riche? Comment les banques et les pétrolières et les pharmaceutiques et les… peuvent-elles faire des profits par milliards pour leurs actionnaires alors qu’on peut retrouver 50 000 itinérants au Québec et que des travailleurs au salaire minimum ridicule n’arrivent pas à vivre convenablement? Au profit de qui sont les règles du jeu? Ouvrons les yeux et faisons-nous aller l’intelligence!
Fides, 1995, 124 p.

Le discours homilétique de Mgr Oscar A. Romero
d’Yves Carrier

La richesse du discours homilétique de Mgr Romero provient de son enracinement dans la réalité. En gardant les deux pieds sur terre, il expose le pôle positif du règne voulu par Dieu, en alternance avec le pôle négatif de l’anti-Règne constitué par l’absurdité du péché, de la misère et de la violence des escadrons de la mort. Oscar Romero ne se contente pas de parler de Dieu au peuple, il l’entretient sur ses problèmes quotidiens et sur ce qui rend sa vie pénible. Faisant cela, il l’inclut dans son « cercle communicationnel », il le touche en lui démontrant que le sort du monde n’est pas indifférent à Dieu ni à son Église. De plus, il invite les fidèles non seulement à prier mais à participer au changement. Ses homélies ne parlent pas de l’idéal évangélique sous une forme désincarnée; au contraire, elles révèlent l’urgente nécessité de se mettre à la construction de ce règne de justice. Le salut-libération n’y est pas présenté comme une option parmi tant d’autres, mais comme l’unique option valable à la survie de l’humanité.
L’Harmattan, 2003, 324 p.

[ Participer ]

25 décembre
Événement spécial… à suivre!

Une drôle de fête s’annonce pour la veille du 25 décembre. Dans plusieurs églises, on peut voir une mise en scène étonnante, représentant soit une petite étable soit une grotte. L’habitat est tout ouvert au vent et on y trouve un couple d’humains près d’une mangeoire pour animaux entouré d’un bœuf et d’un âne étendus sur la paille. Comme s’ils attendaient quelqu’un, un bébé… Pauvre p’tit! Espérons qu’il ne fait pas trop froid dans leur pays. À l’extérieur, des bergers et leurs moutons s’avancent avec précaution. Ça ne sera pas un gros party… avec si peu à manger. Mais quand on a faim dans le cœur, on cherche partout… Quand je vois les itinérants sur la rue Sainte-Catherine, à Montréal, ou ailleurs, ceux qui sont seuls dans leur chambre louée, et combien d’autres que l’on méprise, ils me font penser à ce couple qui n’a pas l’air d’avoir de place dans la société. Pas d’argent, pas de respect et pas de place confortable. Peut-être cette mise en scène a-t-elle rapport avec notre société d’aujourd’hui et vient-elle questionner nos priorités? À suivre.
Avec humour, G. L.

Mots clés :
, , , , ,