Père Noël, tu manques d’imagination.

Samuel, un adolescent dégourdi, écrit une lettre au père Noël pour lui dire deux mots : pourquoi il ne croit plus en lui. Une réflexion sur une société qui évacue l’attente et sur la préparation à Noël.

Salut Père Noël,

Je viens de parler avec ma grand-mère au téléphone. Je l’aime bien. À travers autre chose, elle m’a dit que c’était important l’attente, avant Noël. J’avoue que je ne comprends pas trop. Attendre quoi? Que tu nous apportes, chaque Noël, nos beaux joujoux? Je suis un ado. Je ne crois plus en toi. Je t’écris quand même parce que, qui que tu sois, j’ai deux mots à te dire et que tu existes encore pour nos centres commerciaux.

Je veux te dire quelque chose qui ne fera peut-être pas ton bonheur. Avec ta tunique rouge Coca-Cola et ta longue barbe décolorée, tu ne représentes plus grand-chose. Je crois que t’es dépassé. Tu manques d’imagination. À force de te voir dans tous les magasins, on en vient à penser que t’es le plus grand consommateur du monde. Pas besoin de t’attendre, t’es déjà arrivé! Adieu magie et mystère! Pourtant, moi, j’aime bien ça. Je lis des romans comme Harry Potter avant de me coucher.

Les listes qu’on t’envoie, ça n’a pas de sens non plus. Attendre nos cadeaux, je trouve ça un peu idiot. Aujourd’hui, on n’a plus besoin d’attendre pour avoir quelque chose. Attendre, c’est plate! Attendre le bus, attendre la cloche de l’école, attendre pendant les pubs de télé… Et puis, le crédit, ça existe. Mes parents viennent de me donner ma première carte. Si on veut quelque chose, on l’achète. À quoi ça sert de faire une liste si on peut avoir tout de suite ce qui nous tente? Jésus, au moins, il ne nous promet pas de cadeaux : il est pauvre. On n’attend rien de lui. Il reste tranquille dans sa mangeoire, sous le sapin. Il s’entoure de mystère, même s’il manque un peu d’imagination lui aussi.

Mais c’est vrai que je suis consommateur moi aussi. Je veux tout, tout de suite. Je vais souvent m’acheter des disques et du linge. Mais je ne suis pas que ça. Je ne veux pas être que ça! On dirait que tout autour de moi me pousse à ça. Ça me déprime parfois. Est-ce qu’on peut faire ce qu’on aime vraiment dans la vie? Attendre un peu plus d’elle? Vivre autrement? C’est peut-être ça, vraiment « attendre » : attendre pour se donner le temps de trouver autre chose, pour découvrir un autre sens!

Tiens, je décide que, cette année, à Noël, je ne veux pas de cadeaux. Je vais le dire à mes parents. Qu’ils donnent l’argent à d’autres qui en ont besoin, qui « attendent » des jours meilleurs. J’essaie. Ça va faire différent de tous les jours, non? Mes parents, ils peuvent tout m’offrir quand je veux. Sauf ce que j’attends vraiment. J’en ai assez de ça. En plus, ça me dérange de voir l’environnement qui s’en va dans les poubelles. On attend quoi pour réagir? On pourrait imaginer quelque chose de différent. Attendre quelque chose de différent. Qui améliorerait le monde.

À part ça Père Noël, si tu veux absolument donner des cadeaux, si ça te démange, ça ne pourrait pas être ça Noël : donner un surplus d’autre chose? Un surplus de bonheur, de beauté, de magie, d’attention peut-être, je ne sais trop… Au lieu d’un surplus de cadeaux!

Samuel

Mots clés :
, , ,