Ondenacan et autre poème

Odes à la nature d’Éléonore Andatha Sioui, auteure autochtone et chaman, demeurant au village de Wendake, près de Québec.

Odenacan
Existentialisme

Quel est cet Artiste qui dessine
Les courbes des cocotiers
Pour que l’Homme puisse
En atteindre les fruits?
Quel est celui qui fait
Le vent s’y prélasser doucement
Et, par sa douce brise
Filtrée à travers ses palmes,
Réconforte l’homme, son frère?
Où est Celui qui fait éclore
La mousseline multicolore
Et odoriférante des fleurs
Placées à la portée
De la main de l’homme
Afin de faire surgir
Son sourire?
Qui fait pousser l’arbre à pain
Dont les fruits nourrissants
S’offrent à la faim de l’homme?
Où est Celui qui,
De la Terre Mère,
Fait naître le bananier,
Pain quotidien des Caraïbes?
Qui donne à la mer
Sa fécondité et sa force,
Lorsqu’elle est en travail?
Qui construit les matins et les nuits
Imbriquant les heures, les unes aux autres,
Dans leurs formes différentes
Et qui se fondent en un Tout?

Éléonore Andatha Sioui
Wendake

 

Je Te sens
Lorsque je mange
Le silence du Soleil
Et bois les chocs de la mer.
J’entends Ta présence
Où se mire mon esprit
Dans le reflet du Tien,
Y dessinant le cœur
De l’homme.
Où Te caches-tu?
Où dois-je Te trouver?
Car, je Te cherche sans cesse
Dans le vent, murmurant ton Nom,
Au cœur des rochers.

Éléonore Andatha Sioui
Wendake

 

Poèmes tirés du livre Corps à cœur éperdu
Éditions D’ici et d’ailleurs, 1992, p. 93-94.
Avec autorisation de l’auteure.

Mots clés :
, , ,