Les yeux vers le ciel et les genoux sur terre

À l’approche du Jour de la Terre (22 avril) et de la Journée mondiale de la biodiversité (22 mai), de plus en plus d’Églises, pour qui l’engagement pour l’environnement est enraciné dans leur foi, soulignent ces journées.

L’Église Unie Cedar Park prépare une foire écologique, la paroisse catholique Bienheureuse- Marie-Rose-Durocher (Greenfield Park) invite un conférencier sur la biodiversité, l’église anglicane St. Peter (Ville Mont-Royal) organise un vin et fromage neutre en carbone… et ces initiatives sont le reflet d’une prise de conscience chrétienne devant la crise écologique. Deux raisons motivent les chrétiens à participer à ces journées environnementales :

1. La justice sociale : nos habitudes ont des impacts écologiques qui affectent d’abord les pauvres d’ailleurs, comme la fonte des glaces ou l’augmentation du niveau de la mer. Il y a aussi la dimension intergénérationnelle : léguerons-nous des lacs propres pour se baigner et une couche d’ozone qui filtre les rayons UV?

2. L’intégrité de la création : nos habitudes dérangent les équilibres écologiques par lesquels le Créateur pourvoit au besoin des créatures. Pourtant, notre relation chrétienne à nos frères animaux et à nos sœurs plantes trouve racine en saint François d’Assise, et même en Jésus qui a vécu en nature sauvage après son baptême (Mc 1, 13).

Alors, participez vous aussi au Jour de la Terre, le 22 avril, lors de l’une des centaines d’activités partout au Québec1. De plus, invitez votre communauté à s’impliquer durant l’Année internationale de la Biodiversité (2010), dont le moment fort sera le 22 mai prochain2. Il est temps d’agir!

1. À ce sujet, voir www.JourdelaTerre.org.

2. Vous trouverez d’excellentes ressources à ce sujet sur le site d’Église verte : http://www.egliseverte-greenchurch.ca.

Mots clés :
, , , , ,