Les enfants : des sujets qui réfléchissent…

Un mouvement de la tradition de l’Action catholique, le MIDADE, forme les enfants à réfléchir sur leur vie et leur milieu en se référant à l’Évangile. Ils apprennent à se responsabiliser comme citoyens et membres du peuple de Dieu.

Des préadolescents et des adolescents se rencontrent à toutes les deux semaines. Ces garçons et ces filles, de la fin du primaire ou du début du secondaire, réfléchissent ensemble en petits groupes. Avec des adultes accompagnateurs, ces jeunes s’arrêtent sur leur vie, y portent un regard critique, que ce soit à l’école, dans leurs loisirs, dans leur vie de famille. Ils en arrivent à découvrir, à partir de leur vécu, les messages qui leur sont adressés dans la Bonne Nouvelle.

Ces jeunes sont membres du MIDADE, Mouvement international d’apostolat des enfants. Au Québec, l’animation de ce mouvement est confié aux deux permanentes (à mi-temps) Louise Paré et Christiane Lafaille. Au cours de l’éclairante conversation que j’ai eue avec elles, il est ressorti que, dans le contexte actuel, il est préférable de parler d’animation plutôt que d’apostolat, terme qui évoque toute une époque, qui n’a aucun sens pour aujourd’hui et qui freine le développement du mouvement dans l’école québécoise non confessionnelle.

MIDADE, mouvement international

MIDADE Québec fait partie de ce large mouvement international dont les origines remontent à 1936. En 1956, ce mouvement prend le nom d’Action catholique de l’enfance (ACE) et devient MIDADE en 1966, à l’occasion de la deuxième rencontre internationale du mouvement à Rome. Au Québec depuis 1986, le mouvement est particulièrement vivant dans la paroisse cathédrale melkite catholique Saint-Sauveur, à Montréal. On retrouve également des équipes dans d’autres coins de Montréal, à Longueuil et, bientôt, à Joliette.

Les trois importants axes de travail du MIDADE sont la sensibilisation aux droits et aux responsabilités des enfants, la collaboration avec les paroisses pour intégrer la pédagogie du mouvement dans les parcours et la mise sur pied d’équipes en continuité du parcours catéchétique et en parascolaire.

Famille de l’Action catholique

« La JEC (et autres mouvements d’Action catholique) est une expérience où action et spiritualité cheminent conjointement dans la construction de l’être et la transformation du milieu. » Site de la JEC

Il faut rappeler ici que, se situant dans la grande famille de l’Action catholique, les groupes MIDADE réfléchissent et agissent suivant les trois étapes propres à cet engagement chrétien : le voir, le juger et l’agir. On ne va pas du texte évangélique à la vie, mais plutôt de la vie des jeunes à une compréhension vitale de l’Évangile dans leur vie.

Parmi les nombreux faits de vie rapportés à l’équipe par les différents membres, on s’arrête sur un fait vécu à l’école ou ailleurs, et on le décortique pour en connaître les causes, les effets, les acteurs. Mieux saisi, ce fait est passé au crible des valeurs qui y sont présentes ou absentes, des enjeux ciblés, et on prend le temps de nommer ce qui fait obstacle ou ce qui fait avancer.

Et avant de se lancer dans l’action et pour s’y lancer adéquatement, on se donne le temps de regarder comment Jésus de Nazareth aurait réagi et agi en semblable circonstance. C’est une étape importante pour découvrir et enrichir ses motivations. Puis, on développe la stratégie pour passer à l’action afin de donner des pieds et des mains à la réflexion et transformer la situation individuellement et collectivement. L’important n’est pas le résultat final, mais bien tout le processus vécu en équipe où les jeunes expérimentent la vie en communauté.

Limites et perspectives

MIDADE Québec se heurte à des limites certaines, particulièrement au trop faible engagement d’adultes acceptant d’accompagner (et non d’encadrer) les groupes de jeunes. Conséquence : les quelques rares équipes existantes, massées dans la grande région de Montréal, ont de la difficulté à essaimer ailleurs dans de nouvelles paroisses et de nouvelles écoles.

Des efforts ont été et sont toujours déployés pour parvenir à combler ce manque. C’est pour mieux faire connaître le mouvement que, par exemple, MIDADE Québec a collaboré avec le théâtre Parminou dans la présentation de la pièce Biens vivants touchant la question des droits et des responsabilités des enfants ici et ailleurs afin d’atteindre les milieux scolaires.

Stratégiquement, le mouvement se développera grâce à une travail concerté avec les paroisses pour amener la couleur MIDADE dans les parcours catéchétiques et insérer l’accent sur le lien vie-foi-engagement. Au-delà de toutes stratégies, l’écoute attentive des enfants qui réfléchissent à des situations qui les touchent, les impliquent et les concernent, constitue le cœur même de toute l’action du mouvement. L’enfant est une personne, un sujet à part entière, et non un objet manipulable. Les enfants sont donc des partenaires à prendre en considération pour l’avènement d’une société juste et porteuse d’espérance. C’est ce qui anime les deux permanentes qui ne ménagent pas leurs efforts pour que cette Action catholique pour jeunes soit mieux connue, plus répandue et mieux appuyée par des adultes tant en paroisse que dans les écoles.

PubBeati31mars

Mots clés :
, , , , , , , ,