Le véritable trésor des Augustines

Certes, l’héritage matériel qu’elles laissent derrière, constitué d’hôpitaux, de monastères, d’archives, d’œuvres d’art et d’objets de leur quotidien, est d’une valeur inestimable. Mais est-ce là leur seul legs?

Le véritable trésor des Augustines, diront-elles elles-mêmes, c’est l’amour de Dieu. Elles ne le possèdent en rien, mais en vivent au quotidien. Leur souci constant des souffrants s’en veut le témoignage. Ainsi, l’héritage des Augustines est-il d’abord constitué d’hommes et de femmes soignés dans la dignité et pour qui elles espèrent avoir favorisé la rencontre de Jésus-Christ.

De décennie en décennie, les Augustines sont restées fidèles à leur mission confiée par l’Église et par l’État. Certes, l’héritage matériel qu’elles laissent derrière, constitué d’hôpitaux, de monastères, d’archives, d’œuvres d’art et d’objets de leur quotidien, est d’une valeur inestimable. Mais ce patrimoine est avant tout une empreinte dans l’histoire de ce pays de l’amour indéfectible de Dieu rencontré dans le soin aux malades, la prière et la vie fraternelle. Ces biens, déjà riches en signification historique, artistique et sociale, parlent avec éloquence d’un dévouement humain qui aide à comprendre avec quelle tendresse Dieu aime l’humanité.

Donner une seconde vie à ce patrimoine, c’est lui offrir la chance de témoigner par lui-même de ce qu’il représente de plus fondamental aux yeux de celles qui en sont les gardiennes depuis toujours.

Denis Robitaille
Avent 2005

Mots clés :
, , ,