Le buisson de feu

« Dieu est l’Avenir et les pauvres nous en tracent le chemin », affirme Jean-Paul Asselin. Cet extrait du livre de l'Exode nous en confirme le propos et nous ouvre la voie.

« Les cris des pauvres sont parole de Dieu. »
– Jean-Paul Asselin

Moïse parvint à la montagne de Dieu, l’Horeb. L’ange du Seigneur lui apparut, dans une flamme de feu, du milieu d’un buisson. Moïse regarda : le buisson était embrasé, mais ne se consumait pas.

Moïse dit : « Je vais faire un détour pour voir cet étrange spectacle, et pourquoi le buisson ne se consume pas. » Le Seigneur vit qu’il faisait un détour pour voir, et il l’appela du milieu du buisson. « Moïse, Moïse », dit-il, et il répondit : « Me voici. » Il dit : « N’approche pas d’ici, retire les sandales de tes pieds, car le lieu où tu te tiens est une terre sainte. » […]

Alors Moïse se voila la face, car il craignait de fixer son regard sur Dieu. Le Seigneur dit :

« J’ai vu, j’ai vu la misère de mon peuple qui est en Égypte. J’ai entendu son cri devant ses oppresseurs; oui, je connais ses angoisses. Je suis descendu pour le délivrer de la main des Égyptiens et le faire monter de cette terre vers une terre plantureuse et vaste. […] Maintenant va, je t’envoie. »

Tiré du livre de l’Exode 3, 1-6

Mots clés :
, , , , ,