L’accueil du réfugié

Voici des extraits d’une prédication de Gérald Doré, à l’ouverture de la Semaine interconfessionnelle des sanctuaires, le 17 octobre 2004.

La notion de la vie du réfugié à protéger est présente dès le retour qu’effectue le livre des Nombres sur les anciens temps bibliques. Le Seigneur y dit à Moïse qu’à l’entrée, dans le pays de Canaan, les Hébreux auront à choisir des villes qui serviront de « villes de refuge » pour les auteurs d’homicides involontaires (Nombres 35, 9-15); sans doute pour les protéger des vengeances tribales. Malgré l’ethnocentrisme propre à un peuple en formation, la protection s’adresse « aussi bien aux fils d’Israël qu’à l’émigré et à l’hôte de passage au milieu d’eux… »

À l’époque du roi Salomon, c’est en saisissant les coins, en forme de cornes, de l’autel des sacrifices qu’on pouvait avoir la vie sauve. « Adonias, lui, par peur de Salomon, se leva et alla saisir les cornes de l’autel. » (1 Rois 1, 50) Et plus loin : « [Joab] se réfugia dans la Tente du Seigneur et saisit les cornes de l’autel. » (1 Rois 2, 28) Déjà, en ces temps lointains, la protection du sanctuaire était, comme aujourd’hui, à la merci de l’arbitraire du pouvoir civil. La vie d’Adonias fut épargnée (1 Rois 1, 53), mais Joab fut assassiné dans la « Tente du Seigneur » (1 Rois 2, 30-31).

Dans l’évangile de Luc, le Messie à venir en Jésus est annoncé comme la « corne de salut » à laquelle on peut s’accrocher (Luc 1, 69). Il en ressort que marcher avec le Christ implique que nous soyons nous-mêmes, à notre mesure, « cornes de salut ». Les évangiles ne parlent ni de refuge, ni de droit d’asile, ni de « sanctuaire », au sens où nous l’entendons aujourd’hui. L’évangile selon Matthieu dit plus encore. Il situe dans la transcendance du jugement ultime qui sera porté sur l’histoire humaine l’accueil que nous réservons à l’étranger en besoin de protection. « Venez, les bénis de mon Père, recevez en partage le Royaume qui a été préparé pour vous, depuis la fondation du monde… J’étais un étranger et vous m’avez recueilli… » (Matthieu 25, 34-35)

En ces temps difficiles où plusieurs confessions chrétiennes sont engagées dans l’accueil en sanctuaire de réfugiés sans statut, prions.

Inspire, Seigneur, discernement et courage
aux réfugiés présentement en sanctuaire,
aux réfugiés emprisonnés dans l’angoisse de la déportation,
aux réfugiés confinés à la clandestinité par peur d’être déportés,
aux alliés qui les soutiennent dans la lutte pour la vie et l’intégrité de leur personne,
à ces gouvernants qui ont le pouvoir de les protéger,
afin qu’ils les libèrent en se libérant eux-mêmes de l’emprise de la violence institutionnelle,
fassent des lois qui permettent que les légitimes demandeurs du statut de réfugié
soient accueillis en ce pays et protégés comme sujets de droit.
Nous te le demandons par Jésus Christ
qui en eux vient à nous et en nous veille sur eux.
Amen.

Mots clés :
, , ,