La foi chrétienne : une réalité vivante et plurielle

Avec fierté, le président de Sentiers de foi présente cette édition spéciale pour célébrer la parution du 100e numéro du journal Web Sentiersdefoi.info.

Dans les 99 derniers numéros, on évoque plusieurs figures de pratiques individuelles. Entre autres, celle d’un aumônier de prison qui assure le lien avant de faire la morale. Celle de cette femme qui fut pour un temps responsable de la pastorale diocésaine, mais dont le mandat fut l’exception qui confirme la règle d’un cléricalisme masculin. Celle de cet évêque qui invita chacun de ses collègues de l’épiscopat à préparer la célébration de l’anniversaire du concile Vatican II et qui en fut quitte pour un silence unanime. Celle d’un philosophe qui lie cosmologie et spiritualité. Enfin, celle d’un homosexuel qui eut maille à partir avec les prêtres (agressé jeune par l’un, voué aux enfers par un autre) et se retrouve, des décennies plus tard, engagé comme agent dans une paroisse parce que l’on sait qu’il sera capable d’accueillir les gens.

Et il en va de même des pratiques collectives. Que ce soit celle d’une paroisse où chaque année on célèbre la bénédiction des animaux. Celle du mouvement œcuménique (protestant d’abord, puis aussi catholique) des églises vertes qui ne limite pas l’écologie à la récupération, mais l’intègre à la liturgie. Ou une pastorale de rue. Ou des rencontres eucharistiques où on prend le temps qu’il faut et où on se sent libre d’organiser la liturgie. Et toutes celles où la foi se vit en marchant.

Ces différentes démarches de foi supposent des postures différentes par rapport à l’Institution ou aux discours majoritaires.

Il y a ses nombreuses pratiques au ras du vécu des jeunes ignorés par la théologie. Toutes ces pratiques de pastorales sociales qui restent un secteur spécialisé, plus ou moins isolé, dans une Église qui se cantonne largement dans un fixisme liturgique et moral. Il y a ces groupes qui contestent le discours officiel au nom des droits de la personne et de la liberté de Jésus.

Sentiersdefoi.info ratisse large. Il se veut œcuménique et cherche à couvrir l’ensemble des régions du Québec. La seule restriction (que les pratiques mises en évidence se réfèrent explicitement à Jésus, le Christ) est d’ordre pratique : on n’en finirait plus de mettre de l’avant des pratiques séculières implicitement chrétiennes, et encore, on risquerait d’être accusés de récupération. Mais encore là, c’est ouvert. On a fait sa place à l’agnostique qui critique les valeurs contemporaines, mais trouve que l’Église posait les bonnes questions.

En fait, nous œuvrons en ecclésiologie et en théologie pratique. Il s’agit de voir la communauté de ceux et celles qui se réfèrent à Jésus Christ dans toute la richesse de leurs actions , même avec leurs contradictions. Il s’agit de refuser la réduction de la foi à des discours officiels ou abstraits, quitte à mesurer la distance qui les sépare.

Pour ce 100e numéro, nous faisons exception à la formule habituelle – présentation de la pratique, de sa spiritualité et analyse de l’écart du sentier par rapport au cadastre. Nous proposons de prendre une distance pour creuser la notion de sentiers de foi.

Tout d’abord, quatre de nos collaborateurs et collaboratrices réfléchissent sur celle-ci à partir de leur expérience personnelle ou de regroupement de sentiers qui ont des airs de famille. Enfin, sous la rubrique Intériorité, les trois membres du comité de rédaction développent, chacun à sa manière, sa spiritualité ou théologie du sentier de foi.

Je ne peux clore cette introduction sans remercier vivement les chevilles ouvrières de Sentiersdefoi.info : Jean-Philippe Perreault, rédacteur en chef pendant les deux premières années, Gérard Laverdure, qui assure la relève depuis près de 5 ans, et Ghislain Bédard, secrétaire de rédaction depuis le début et à qui on doit la qualité de la présentation. Merci aussi aux membres du Conseil d’administration. Merci à tous nos collaborateurs et collaboratrices qui écrivent pour nous. Merci enfin à nos généreux donateurs et donatrices ainsi qu’à vous, lecteurs et lectrices. Sans dons, nous ne saurions vivre, mais cette vie prend tout son sens par votre lecture assidue.

Mots clés :
, , , , , ,