Je suis un homme de frontières, un peu fou

« Je suis positif devant ce qui se passe dans l’Église d’Occident : une perte de pouvoir, de contrôle. Une Église qui se fait humilier et dépouiller, c’est un appel à la conversion à l’évangile. » Un texte de Claude Lacaille.

Il est essentiel d’aller à la rencontre de ceux qui sont assoiffés. J’ai une intuition, celle d’ouvrir nos puits à nos contemporains qui se construisent au gré des expériences de la vie. Des vieillards creuseurs de puits comme Abraham et Sara, Je reste convaincu qu’une Église d’aïeux et de grands­-mères comme la nôtre possède un trésor pour les assoiffés. Il faut boire l’eau vive de la parole biblique. Nos grands-parents dans la foi, ces vieillards mythiques et mystiques, abreuvent l’humanité de l’eau de leurs puits depuis quatre mille ans. Ces gens ne construisaient pas de temples, n’écrivaient pas de textes sacrés, n’enfermaient pas leurs troupeaux dans des enclos. Voilà que nous sommes appelés à devenir de vieux creuseurs de puits préoccupés par la survie de l’humanité qui traverse des déserts de violence et de mort. Et j’ai répondu à cet appel de creuser des puits, d’aménager des lieux de ressourcement ouverts où l’eau fraîche est abondante pour les bons comme pour les méchants, où la source n’est pas brouillée; des lieux où l’on rencontre d’autres nomades comme moi qui poursuivent le pèlerinage de la liberté, à l’occasion d’une soirée, d’une fin de semaine, d’une convalescence. Je suis privilégié!

Mes passions : j’aime la liberté, la justice, la relation humaine. Je déteste profondément l’autoritarisme, l’aliénation, les « grenouilles de bénitier ». Je crois profondément en l’éducation populaire, qui considère la personne comme sujet de son édification. Je suis un croyant attaché à la tradition juive et chrétienne de la Bible; un chercheur de Dieu hors des sentiers battus de la religion aliénante. On ne met pas de nom sur Dieu, on ne l’enferme pas, on ne le contrôle pas.

Je suis un homme de frontières, un peu fou, missionnaire, et non gardien du temple. Je suis profondément critique devant les institutions, et spécialement le monde ecclésiastique. Je considère que c’est une infidélité historique à l’évangile de Jésus d’avoir édifié cette caste de mâles drapés de soie pourpre, violette ou noire, qui s’imposent en maîtres absolus de la vérité et du pouvoir religieux. Je suis positif devant ce qui se passe dans l’Église d’Occident : une perte de pouvoir, de contrôle. Une Église qui se fait humilier et dépouiller, c’est un appel à la conversion à l’Évangile.

Texte de Claude Lacaille

A

 

DocumnentaireCL

Mots clés :
, , , , ,