Être prêtre non ordonnée

« Mais qui peut détourner Dieu de son dessein? » Ce texte inspiré est un véritable élan intérieur, une parole qui jaillit tout droit du cœur... et qui réalise déjà, dans cette femme qui l’écrit, ce qui est inscrit en son sein.

Mes yeux intérieurs contemplent Jésus, Visage de l’Illimité
Et je médite longuement ce qu’il me souffle de son mystère.

L’Inépuisable est venu chez nous,
Choisissant l’humble condition du laïc
Pour parler au nom de Dieu
Pour parler du cœur de Dieu
Pour parler comme Dieu
Puisqu’il est Dieu.

L’Éternel est venu accomplir ce qu’il avait commencé
Bouleversant à son extrême la représentation du sacré
Rompant avec le Temple comme il rompait le pain
Déchirant son voile pour le recoudre plus humain.

Prêtre ou pas prêtre,
Je serai corps livré dans des gestes d’amour chaque jour.
Cet appel n’est pas de moi.
Mais qui peut détourner Dieu de son dessein?
Lui-même m’a formée,
D’audace en audace,
De oui en oui,
Là où je ne me suis pas moi-même appelée.

Je me mets à son école.
Il me fait dénoueuse de sandales, laveuse de pieds :
Prêtre pour Lui,
Prêtre avec Lui,
Prêtre en Lui,
Prêtre comme lui,
Jésus de Nazareth fait Christ,
Né laïc,
Exerçant son ministère comme laïc,
Présidant la première Eucharistie comme laïc,
Mort laïc,
Et reconnu prêtre à son dire et à son agir.

Jocelyne Hudon

Mots clés :
, , , , ,