En réponse aux catastrophes naturelles

Développement et paix offre aux Canadiens et Canadiennes les moyens de dire aux enfants, aux femmes et aux hommes confrontés à la dévastation et à l’inexplicable souffrance qu’ils ne sont pas seuls.

Il y a eu Jeanne, Katrina, Stan, le tsunami en Asie, le séisme au Pakistan et tant d’autres. Si l’on arrive à décrire les catastrophes naturelles qui ont marqué la dernière année et à les expliquer scientifiquement, les morts et la souffrance qu’elles entraînent nous laissent pantois. À l’exception, bien sûr, de ces Pat Robertson de la Terre, le très connu télévangéliste baptiste américain qui a affirmé, sur les ondes de CNN, que ces catastrophes naturelles annonçaient la fin du monde et le retour imminent de Jésus.

Pendant que Robertson se complaît dans l’attente, Développement et paix, l’organisme de solidarité internationale fondé par les évêques catholiques canadiens, offre la plus imposante somme d’argent de son histoire pour un seul projet (2 millions de dollars) en participant à la reconstruction de l’Indonésie dont les populations ont été déplacées à la suite du Tsunami de décembre dernier. Le projet vise à « bâtir 3 000 maisons, à restaurer des infrastructures endommagées ou détruites dans des villages et à soutenir la reprise économique et culturelle des zones résidentielles où habitaient des survivants de la catastrophe ». D’une valeur de 25 millions, le projet est financé en grande partie par Misereor, le pendant de l’Église allemande de Développement et paix. « En travaillant en collaboration avec Misereor, souligne Margie Noonan, présidente de l’organisme, nous démontrons par ce projet ce que nous pouvons accomplir quand des organisations catholiques de développement unissent leurs ressources. »

Quelque 20,7 millions de dollars en dons pour la reconstruction des pays ravagés par le tsunami ont été recueillis par l’organisme depuis janvier dernier. S’il n’y a jamais de réponses satisfaisantes à la souffrance humaine, il est au moins possible de poser de simples gestes signifiants.

Mots clés :
, , , ,