E = mc2

Quels rapports entre la relativité d’Einstein, la mécanique quantique et les traditions spirituelles? Jean Proulx, philosophe et poète, en a montré les convergences de fond lors d’une conférence à la librairie Paulines, le 30 mars dernier.

Nous sommes à l’âge d’or de l’astronomie et des découvertes scientifiques. Le XXe siècle, en particulier, a complètement chamboulé notre vision et notre compréhension de l’univers. Nous sommes passés d’un univers plat et statique, avec ses quelques luminaires (étoiles et planètes) accrochés au plafond, à la Terre qui tourne autour du Soleil, une étoile moyenne dans un océan d’étoiles, tournant dans une galaxie, la Voie lactée, qui se déplace elle-même dans un amas local de galaxies (Hubble, 1920), membre d’un superamas de galaxies dit de la Vierge (2000 galaxies) rattaché à des filaments sans fin de milliards de galaxies… Tout ce beau monde est relié par la force de la gravité, et orienté depuis le départ – le big bang il y a près de 14 milliards d’années – par des lois intelligibles en langage mathématique, dans une continuelle expansion et complexification (Teilhard de Chardin) jusqu’à la conscience humaine. Et nous ne voyons qu’un petit pourcentage de la matière de notre univers… Nous avons relevé la genèse de notre planète et constaté l’incroyable force et ingéniosité de la vie. Ainsi, nous ne sommes pas « des étrangers dans » l’univers, mais nous en sommes parties prenantes. « Nous sommes faits de poussières d’étoiles » selon la belle expression de l’astrophysicien Hubert Reeves. Vous avez droit à une pause.

La science croyait tout prévoir des phénomènes naturels et tout découvrir des mystères de l’univers. Or plus elle creuse dans l’infiniment petit et scrute l’infiniment grand, plus les questions difficiles surgissent et le mystère s’épaissit. Comme le dit si bien Jean Proulx à propos de l’univers : « Avec Einstein et sa théorie de la relativité (1905), on réalise que tout est en mouvement et interrelié, donc que les observations sont « relatives » du point de vue de l’observateur et l’univers est désormais conçu comme un océan d’énergie qui se retrouve sous diverses formes, d’où la formule E = mc2 1. S’il y a « attraction des corps célestes », c’est que l’espace-temps est « courbé » par la présence d’une masse comme une planète ou une étoile. Notre propre univers est une courbure… Avec la mécanique quantique (Planck, de Broglie, Heisenberg, Bohr et Schrödinger, au début du XXe siècle), on réalise que les informations se transmettent par paquets d’énergie (quantas comme les photons, à la fois onde et particule) et que l’univers est un tout indivisible. Que le vide n’est pas vide… mais débordant d’énergie potentielle. » C’est ainsi que nous recevons dans nos télescopes et autres observatoires spatiaux plein d’informations compréhensibles sur les étoiles et les galaxies lointaines, car dans cet univers, on observe ordre, intelligence et cohérence. Si les paramètres de départ avaient été différents ne serait-ce que d’un iota, il n’y aurait rien. Étonnement des scientifiques. Deux d’entre eux, les frères Bogdanov, physicien et mathématicien, ont intitulé leur dernier ouvrage scientifique sur les origines de l’univers, Le visage de Dieu… Encore une petite pause?

« Arrivés au sommet de la montagne de la connaissance, les scientifiques découvrent des « campeurs » déjà rendus depuis longtemps et qui tiennent un langage semblable au leur. Ce sont les penseurs spirituels ou mystiques de l’Occident et de l’Orient et leur expérience de l’Être divin et cosmique, ainsi que les grands métaphysiciens et leur intuition de l’Être divin et cosmique », dira M. Proulx. De l’expérience spirituelle occidentale, chrétienne, on entend depuis plusieurs siècles que Dieu est Amour-créateur, « pouvoir créateur de l’Être », qu’il y a un logos (Parole), un principe d’ordre et de raison dans l’univers selon la métaphysique classique et que l’Un est dans le tout et constitue l’unité du cosmos. L’univers est en devenir et nous sommes tous interreliés. L’expérience spirituelle orientale, quant à elle, avec une vision plus féminine, nous parle de « vide créateur » qui est source/matrice, qui contient toutes les formes de l’univers, de conscience cosmique, Brahmâ (hindouisme), d’un principe d’harmonie des contraires (taoïsme), d’une sagesse cosmique qui s’exprime dans la loi du karma (bouddhisme). Nous sommes tous reliés les uns aux autres et à l’univers entier. On n’est jamais seuls.

« Nous sommes dans une ère de convergence et de réconciliation possibles entre science, métaphysique et pensée mystique », conclut le conférencier. Une « conscience » de l’unité, de la beauté et de l’intelligence de toutes choses émerge à la grandeur de la planète. Quelque chose de nouveau ou Quelqu’un se manifeste de plus en plus…

1. Énergie = masse de l’objet multiplié par la vitesse de la lumière au carré. Ce qui donne l’énergie des bombes atomiques et des centrales nucléaires.

Quelques livres de l’auteur

Jean Proulx, La chorégraphie divine, essai sur le cosmos, Édition du Septentrion, 2008.

Jean Proulx et Jacques Languirand, Le Dieu cosmique, à la recherche du Dieu d’Einstein, Éditions Le Jour, 2008 et L’héritage spirituel amérindien, Éditions Le Jour, 2009.

Jean Proulx, Artisans de la beauté du monde, Édition du Septentrion, 2002.

Sortira à l’automne 2011 son prochain livre sur La quête de sens, précisément avec l’aide de la physique et des sciences de la vie, de la philosophie et de la pensée spirituelle.

Mots clés :
, , , , ,