Donnez au suivant créera-t-il des chaînes de bonté?

Cette populaire émission, présentée cet automne sur les ondes de TQS, émeut. Retour de la téléréalité à des valeurs plus humaines? « On a voulu sensibiliser [les gens] aux différentes façons de s’entraider1», affirme l’animatrice.

Les jeudis soir, depuis le 5 octobre, plus d’un million de spectateurs, selon ce qu’affirme TQS, se laissent toucher par les manifestations de bonté que présente chaque émission de Donnez au suivant. L’équipe de Chantal Lacroix, productrice et animatrice de l’émission, déborde de largesses pour répondre à la demande spéciale de téléspectateurs dans le besoin. Dans une des dernières histoires présentées, six jeunes femmes ayant perdu un bébé lors de l’accouchement racontent leur vécu dans un livre dont les profits serviront à financer la mise sur pied d’un centre de soutien aux parents aux prises avec ces drames périnataux. Elles demandent à l’équipe de Chantal Lacroix d’en financer l’édition. Nous avons été témoin d’autres histoires tout aussi touchantes, telle la réconciliation d’une mère et sa fille. En retour, les bénéficiaires de ces élans de générosité s’engagent à « donner au suivant » en prêtant main forte à d’autres personnes qu’ils ne connaissent pas ou à un organisme d’entraide. Ceux-ci sont, à leur tour, conviés à poursuivre cette chaîne de bonté.

Bien que les dons « surprises » se fassent sous les yeux de milliers de téléspectateurs et soutirent effusions d’émotions et de larmes à ceux et celles qui les reçoivent, l’émission mise sur des valeurs plus profondes que l’apparence ou la compétition. L’animatrice fait souvent appel à la générosité des gens et encourage la solidarité : « Si chacun donnait un peu à chacun, le monde serait meilleur. » De même, plusieurs organismes à mission sociale, ouvrant parfois des sentiers, sont présentés au public. Cela dit, l’émission créera-t-elle des chaînes de bonté? On le souhaite. Du moins, elle sensibilise tout un chacun à l’importance de mettre en pratique des valeurs qui visent à contrer l’individualisme et le défaitisme. Quoi que l’on puisse en dire, cette émission fait du bien à tous.

1. Émission du 24 novembre dernier, à 20 h.

Mots clés :
,