D’autres bras que les miens

Lettre d’une mère à ses enfants qui entendent doucement l’appel amoureux. Un texte de Lucie Brousseau.

Le mercredi 14 février 2007

À vous, les fruits de mes amours qui êtes apparus, un à un, aux détours de quelques précieuses nuits d’abandon…

Aujourd’hui, voici le plus brûlant de mes cris : Je vous aime ! Et bien au-delà de tout pourquoi.

Je vous regarde grandir, et voilà que vos cœurs, à leur tour, sont mûrs pour aimer. Restez vous-mêmes surtout pour que l’autre, le bon, vous reconnaisse lorsqu’il croisera votre route; pour que vos âmes, dans ce qu’elles ont de plus beau, puissent communier.

Bouchez vos oreilles à tous les vents qui crieront que l’amour n’est qu’un jeu! Fermez vos yeux plutôt, pour écouter la voix de votre cœur; elle vous attend, à l’intérieur…

Vous vous blottirez peu à peu, maintenant, dans d’autres bras que les miens… Je leur remets les clés de ma tendresse. Je n’en ai plus besoin, puisque mon cœur, pour vous, amours, sera toujours tout grand ouvert.

Maman
x x x x

Mots clés :
,