Cessons la guerre! Créons la paix!

L’objection de conscience, une racine qui pousse dans toutes les cultures et toutes les époques.

Au fond de sa conscience, l’homme découvre la présence d’une loi qu’il ne s’est pas donnée lui-même, mais à laquelle il est tenu d’obéir. Cette voix de la conscience, qui ne cesse de le presser d’aimer et d’accomplir le bien et d’éviter le mal, au moment opportun résonne dans l’intimité de son cœur : « Fais ceci, évite cela. »

Concile Vatican II, Constitution Gaudium et Spes, no 16.
Rome, 7 décembre 1965

La non-violence est la réponse aux questions morales et politiques cruciales de notre temps  le besoin, pour tout être humain, de vaincre l’oppression et la violence sans recourir lui-même à l’oppression et à la violence. L’Homme doit développer, pour tous les conflits humains, une méthode qui refuse la vengeance, l’agression et les représailles. Et le fondement d’une telle méthode est l’amour.

Martin Luther King, Discours d’acceptation du Prix Nobel de la Paix
Stockholm, 11 décembre 1964

La haine ne peut être stoppée par la haine, mais seulement par l’amour. C’est là la règle éternelle.

Le Bouddha, Inde, VIe siècle avant J.-C.

La guerre dépend maintenant bien plus de l’argent que des militaires. Il n’a fallu que douze hommes pour larguer la bombe sur Hiroshima, mais il a fallu des millions, peut-être même des milliards de dollars des contribuables canadiens, britanniques et américains pour fabriquer cette bombe.

Édith Adamson, fondatrice de Conscience Canada, Victoria (BC), 1978

Nous rejetons catégoriquement toute forme de guerre, de lutte ou de combats extérieurs, avec n’importe quelle arme, quel qu’en soit l’objectif ou sous quelque prétexte que ce soit. Et c’est là notre témoignage à la face du monde.

L’esprit du Christ, par lequel nous sommes guidés, n’est pas changeant, de sorte qu’il puisse nous ordonner de renoncer à quelque chose comme étant mauvais, puis nous pousser ensuite à l’adopter. Et nous savons avec certitude, ainsi que nous en rendons témoignage au monde, que l’esprit du Christ, qui nous conduit en toute Vérité, ne va jamais nous mener à combattre ou à faire la guerre contre un être humain avec des armes, ni pour le Royaume du Christ, ni pour les royaumes de ce monde.

Un des textes fondateurs des Quakers, tiré de la Déclaration à Charles II, signée par Georges Fox et ses compagnons
Angleterre, 21 novembre 1660

Mots clés :
, , ,